Vous êtes ici : Accueil > INITIALITIVES locales de Transition > Ile de Sein Sein, une île en transition ?
Par : gilles
Publié : 18 juin 2011

Ile de Sein Sein, une île en transition ?

Lundi 13 juin 2011, Ile de Sein Sein, une île en transition ?

Si on se réfère à la démarche de transition initiée en Angleterre et essaimée un peu partout (www.transitionfrance.fr/) il y a une dizaine d’années et sur laquelle on a travaillé récemment chez nous (10 communes autour de Daoulas, www.kernevodez-en- transition.infini.fr/) est ce que Sein a pris le tournant de « se demander comment on arrête de vivre d’une manière qui détruit le quai sud système dont on dépend et comment reconstruire quelque chose » ? Et en tout premier lieu, comment agir pour être davantage indépendant par rapport aux énergies non renouvelables (pétrole et de produits apparentés) afin d’assurer la préservation de notre planète Alors que l’étiquette « transition » poursuit son essaimage, jusqu’en Nouvelle Zélande aujourd’hui, parallèlement se fait sentir à Sein une nette volonté de certains, particuliers et commune, de changer la pente du tout consommation.
- Des projets concrets à venir : des chèvres naines vont débarquer sur l’île pour désherber. Les terrains, enclos de pierres, qui autrefois étaient cultivés sont aujourd’hui envahis par les fougères. Les entretenir signifie, débroussailleuse ou motoculteur, pétrole et travail des employés communaux déjà bien occupés. Alors pour changer, cet été il ya aura des chèvres.
- En route : Des cochons sont arrivés sur l’île, ils résident au phare (à l’autre bout de l’île) et se feront de la couenne avec les restes du restaurant Ar Men pour le plaisir des îliens ensuite.
- Des projets imaginés : pourquoi ne pas faire venir un âne pour transporter les marchandises qui arrivent par bateau aux maisons et aux commerces ? Jusqu’à présent la carriole portée à bout de bras est le quotidien du Sénan, mais parfois c’est plusieurs tours et c’est lourd.
- A une échelle plus grande, la commune mise sur une autonomie énergétique, aujourd’hui c’est un générateur diesel qui produit l’électricité de l’île et qui alimente le dessalinisateur. Si quelques maisons particulières ont opté pour le solaire, des solutions innovantes sont à trouver. Pour l’heure, le choix se porterait sur l’hydrolien, mais cela reste encore du futur. Par contre, le four solaire à Sein c’est possible aussi, (un particulier, adhérent de l’association « Bolivia Inti » qui fabrique des fours solaires pour les pays andins, l’utilise depuis plusieurs années pendant la période estivale : poissons en papillote, flan aux algues, travers de porc…)…
- En paroles pour le moment, comment organiser un fret par la mer, à la voile ?
- Le projet de fondation de Didier Marie le Bihan, artiste peintre de l’île : Créer une fondation pour l’accueil d’artistes sur le thème de l’art et de la nature. L’idée est d’afficher la pollution existante sur l’île, de la « sublimer »…. Elle est là, fait partie de notre environnement. Une partie de la vente des œuvres serait pour la fondation pour soutenir des projets environnementaux pour l’île.
- Et en lien avec la fondation un projet de développement local pour l’île en gestation : l’idée de rassembler des acteurs locaux, politiques, internationaux qui aiment et viennent régulièrement sur l’île afin de rassembler les moyens et compétences de chacun en vue d’accompagner l’île dans sa préservation et son développement durable. Dépasser le dicton « qui voit Sein voit sa fin » à « Qui voit Sein voit loin ! »